Prix réduit ! Les heures italiques Agrandir l'image

Les heures italiques

Disponible en Epub sur ce lien

Et c’est ainsi que les hommes vivent. En Nouvelle-Calédonie et ailleurs. Caldoches, Kanak. Des gens ordinaires liés par la famille ou l’amitié. Des choses extraordinaires ou non tissent la vie : un procès pour meurtre, le travail quotidien, la fatigue, le souvenir amer d’un passage à tabac, une danse, une marche dans la nature, la volupté d’une baignade, l’attente d’un bateau pour emmener l’éternel exilé vers une terre rêvée. Et puis les rêves, les douleurs, les amours, l’entraide, les peurs, ici comme ailleurs. Dans ce beau roman douloureux, Nicolas Kurtovitch plaide pour l’accord entre humains et communautés qui partagent une même terre.

Plus de détails


Ce produit a les tags suivant : roman, nouvelle caledonie, litterature, Kurtovitch, Au Vent des iles

2 025 XPF / 16.95€

-10%

2 250 XPF / 18.83€

Tous les prix incluent la TGC

Ajouter aux favoris

Produits associés

Fiche détaillée

Et c’est ainsi que les hommes vivent. En Nouvelle-Calédonie et ailleurs. Caldoches, Kanak. Des gens ordinaires liés par la famille ou l’amitié. Des choses extraordinaires ou non tissent la vie : un procès pour meurtre, le travail quotidien, la fatigue, le souvenir amer d’un passage à tabac, une danse, une marche dans la nature, la volupté d’une baignade, l’attente d’un bateau pour emmener l’éternel exilé vers une terre rêvée. Et puis les rêves, les douleurs, les amours, l’entraide, les peurs, ici comme ailleurs. Dans ce beau roman douloureux, Nicolas Kurtovitch plaide pour l’accord entre humains et communautés qui partagent une même terre.

Disponible en Epub sur ce lien

Auteur(s) : Nicolas Kurtovitch,

Genre : Roman,

Editeur : Au vent des îles,

Collection : Littératures du Pacifique,

Caractéristiques : Format 13 x 21, broché, 276 pages,

Date de parution : 2010,

EAN : 9782915654578

Auteur(e)

Né à Nouméa dans une famille installée dans l’archipel depuis 1843, Nicolas Kurtovitch est prolixe. Depuis son premier recueil de poésie en 1973, il n’a cessé d’écrire et compte désormais parmi les auteurs incontournables de la Nouvelle-Calédonie. Ses ouvrages ont été récompensés par de multiples prix. Nicolas Kurtovitch publie son premier recueil de poésie, Sloboda, en 1973, il a 18 ans. Au fil des années, il va également s’essayer à tous les autres genres : nouvelles, essai, théâtre ; son premier roman, Good night friend, paraît en 2006. Nicolas Kurtovitch est aussi l’une des premières voix calédoniennes d’origine européenne à s’être explicitement interrogée sur la nature de la relation entre les communautés en présence sur sa terre natale. Cette interrogation s’est même traduite à deux reprises par des écritures à quatre mains avec des auteurs kanak : Dire le vrai / tell the truth, un recueil de poèmes, avec Déwé Gorodé ; Les Dieux sont borgnes, une pièce de théâtre créée en 2002, et jouée en Avignon en 2003 avec le dramaturge Pierre Gope.
Lauréat 2008 du prix de poésie Antonio Viccaro et du prix du Salon du livre d’Ouessant pour son recueil Le piéton du Dharma, membre de l’Association des écrivains de Nouvelle-Calédonie après en avoir été le premier président, et de la Société des gens de lettres, Nicolas Kurtovitch est aujourd’hui lu dans toute l’Océanie. Il est à l’origine de la création du Centre géopoétique de Nouvelle-Calédonie, en lien avec l’Institut de géopoétique initié par Kenneth White.

Avis

Donnez votre avis

Les heures italiques

Les heures italiques

Disponible en Epub sur ce lien

Et c’est ainsi que les hommes vivent. En Nouvelle-Calédonie et ailleurs. Caldoches, Kanak. Des gens ordinaires liés par la famille ou l’amitié. Des choses extraordinaires ou non tissent la vie : un procès pour meurtre, le travail quotidien, la fatigue, le souvenir amer d’un passage à tabac, une danse, une marche dans la nature, la volupté d’une baignade, l’attente d’un bateau pour emmener l’éternel exilé vers une terre rêvée. Et puis les rêves, les douleurs, les amours, l’entraide, les peurs, ici comme ailleurs. Dans ce beau roman douloureux, Nicolas Kurtovitch plaide pour l’accord entre humains et communautés qui partagent une même terre.

Donnez votre avis

Blog