Nouveau Prix réduit ! Basuco Agrandir l'image

Basuco

Deuxième roman de Guillaume Berger, auteur de Nouvelle-Calédonie.
« J’ai cru que ma première nuit dans cette pension colombienne serait la dernière de ma vie. Aujourd’hui encore, il m’arrive de me réveiller au milieu de la nuit, hurlant de terreur comme j’ai hurlé cette nuit-là et croyant revoir chaque balafre, chaque tatouage du forcené qui enfonçait la porte de ma chambre. Je ne saurais dire combien de temps je suis resté à genoux, les mains sur la tête, à bredouiller qu’on m’avait déjà volé mon passeport, ma carte bancaire et mes trois cents dollars de secours… »

Plus de détails

1 791 XPF / 14.99€

-10%

1 990 XPF / 16.65€

Tous les prix incluent la TGC

Ajouter aux favoris

Produits associés

Fiche détaillée

J’ai cru que ma première nuit dans cette pension colombienne serait la dernière de ma vie. Aujourd’hui encore, il m’arrive de me réveiller au milieu de la nuit, hurlant de terreur comme j’ai hurlé cette nuit-là et croyant revoir chaque balafre, chaque tatouage du forcené qui enfonçait la porte de ma chambre. Je ne saurais dire combien de temps je suis resté à genoux, les mains sur la tête, à bredouiller qu’on m’avait déjà volé mon passeport, ma carte bancaire et mes trois cents dollars de secours…

Auteur(s) : Guillaume Berger,

Genre : Roman,

Editeur : Éditions Humanis,

Collection : Archipels,

Caractéristiques : Format 13 x 20 cm, broché, 84 pages,

Date de parution : 2019,

EAN : 9791021903982

Avis

Donnez votre avis

Basuco

Basuco

Deuxième roman de Guillaume Berger, auteur de Nouvelle-Calédonie.
« J’ai cru que ma première nuit dans cette pension colombienne serait la dernière de ma vie. Aujourd’hui encore, il m’arrive de me réveiller au milieu de la nuit, hurlant de terreur comme j’ai hurlé cette nuit-là et croyant revoir chaque balafre, chaque tatouage du forcené qui enfonçait la porte de ma chambre. Je ne saurais dire combien de temps je suis resté à genoux, les mains sur la tête, à bredouiller qu’on m’avait déjà volé mon passeport, ma carte bancaire et mes trois cents dollars de secours… »

Donnez votre avis