Marques Il y a 87 marques

par page
Résultats 1 - 33 sur 87.
  • Danyck Loquet

    Danick Loquet, né en 1966, est le descendant du pionnier Charles Loquet, qui s’installa à Koné en 1882 avec sa femme et sa fille Jeanne, future épouse de l’écrivain Georges Baudoux. Militant du FLNKS durant les "évènements" et compagnon d’Eloi Machoro, il fut emprisonné au Camp-Est après les « évènements » de 1984.

  • AB

    Dessinateur de presse

    AB dessinateur manifeste un intérêt pour les arts graphiques depuis sa petite enfance. Sa première planche de BD, réalisée en classe de 4e, est conservée par sa professeure d’arts plastiques, le confortant ainsi dans son envie de continuer à dessiner et d’en faire son métier.

    En parallèle et pendant toute sa scolarité et ses études,
    AB enchainera dessin, BD, illustration, peinture, aquarelle pour une fanzine écolo, des journaux d’étudiants, des affiches, des motifs de tee-shirts, la décoration du stand calédonien à la foire internationale de Bordeaux, etc.

    Il est aujourd’hui graphiste dans le domaine de  de la publicité.

    La fin des années 1990 marque le début de sa collaboration avec Le Chien bleu pour la réalisation de dessins de presse.

    0 produits

  • Alban Bensa

    L'anthropologue Alban Bensa est né à Paris le 18 septembre 1948. Il est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et membre du comité de rédaction des revues Genèses, Sciences sociales et histoire et Actes de la Recherche en Sciences Sociales.

    Il est spécialiste du peuple kanak de Nouvelle-Calédonie, auquel il a consacré nombre d'articles et d'ouvrages.

    Les violences des années 80 en Nouvelle-Calédonie l'ont poussé à s'engager aux côtés des leaders indépendantistes Jean-Marie Tjibaou et Yeiwéné Yeiwéné. Ami de Tjibaou, il a coordonné la publication de ses écrits (La Présence kanak, 1996). Il a collaboré à la conception puis au comité de pilotage du Centre culturel Tjibaou de Nouméa, une expérience dont il rend compte dans l'ouvrage Ethnologie et Architecture (2000) aujourd’hui épuisé. Il a également participé au projet muséographique du Musée du Quai Branly.

  • Andrea Hirata

    Andrea Hirata est l'auteur indonésien le plus lu au monde en dehors de son pays natal. Il a écrit des romans, de la poésie et des nouvelles mais il est surtout connu pour le succès colossal de The Rainbow Troops, publié en français par les éditions Mercure de France sous le titre Les guerriers de l'arc-en-ciel.

    The Rainbow Troops a été traduit en trente-quatre langues et publié dans plus de cent-vingt pays. L'ouvrage a fait l'objet d'une adaptation pour des livres audio, a inspiré une chorégraphie à la compagnie de danse de Washington et il a été porté à l'écran. Plus de cinq millions de personnes ont vu le film qui a été présenté au festival du film de Berlin en 2009 ; il a reçu de nombreuses récompenses au plan international.

    Le travail d'Hirata a contribué de manière significative au rayonnement de la littérature indonésienne et au développement du tourisme à visée éducative dans son pays. Pour amplifier ce phénomène, l'auteur a créé en 2010
    le musée Kata Andrea Hirata.

    La sortie de son prochain roman, The Dreamer, est imminente.

    0 produits

  • Anne Bihan

    Anne Bihan passe son enfance en Bretagne, où elle est née, laissant les îles que sont Arz, Hoëdic, Houat nourrir son imaginaire et la sensibiliser aux questions que pose l’insularité. À la fin des années 1980, elle s’installe pour de longues années en Nouvelle-Calédonie, territoire auquel elle reste aujourd’hui encore profondément attachée. Poète, dramaturge, essayiste, elle publie dans diverses revues, fait paraître un récit, Miroirs d’îles, et plusieurs pièces de théâtre. Trois de ses poèmes ont récemment été publiés aux éditions Bruno Doucey dans l’anthologie Outremer – Trois océans en poésie.Elle a publié aux Éditions Bruno Doucey, en 2011 Ton ventre est l’océan.

  • Anne Pitoiset

    Anne PITOISET est depuis 2000 la correspondante à Nouméa du quotidien économique Les Échos. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages consacrés à la Nouvelle-Calédonie parmi lesquels Mystère Dang écrit avec Claudine Wéry et la réalisatrice de documentaires abordant l'île de Wallis avec Tavaka, histoire d'îles et d'exiles (2013), et les problématiques du nickel : Sous le vent de l’usine (2010) et Nickel, le trésor des Kanak (Grand Prix du jury France Télévisions au Festival international du film documentaire (FIFO) 2014, Premier prix du festival Terra de Guadeloupe 2014).

  • Anne Pitoiset et Claudine Wéry

    Anne Pitoiset est depuis 2000 la correspondante en Nouvelle Calédonie de médias nationaux et australiens.Elle est également réalisatrice de documentaires pour la télévision.

    Claudine Wéry est la correspondante en Nouvelle Calédonie de l'Agence France-Presse et du journal Le Monde.
    Ensemble, elles ont écrit Mystère Dang (2008), Karembeu, un champion kanak (2011), Un destin hors du commun (2013) et Secrets de campagnes (2014).

  • Antoine Sadoux

    Commandant la base aérienne 186 « lieutenant Paul Klein » de Tontouta depuis juillet 2014, Antoine Sadoux est aviateur dans l’armée de l’air depuis 1991. Il a servi pendant quinze ans comme pilote de transport opérationnel sur C-160 Transall en Europe, en Afrique, en Amérique centrale et en Asie Centrale sur plusieurs théâtres d’opérations extérieures. Diplômé de l’École de l’air et de l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence, il a également commandé l’Escadron de transport 1/61 Touraine, a servi à la direction des ressources humaines de l’Armée de l’air et comme responsable de la formation aéronautique puis académique à l’École de l’air de Salon de Provence Totalisant cinq mille heures de vol, il est notamment chevalier de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix de la Valeur Militaire et de la Médaille de l’Aéronautique.

    0 produits

  • Auriane et Sophie Dumortier

    Auteures, illustratrice et éditrice,

    éditions de Bas en haut, Nouvelle-Calédonie

    Sophie est artiste peintre et expose depuis plus de vingt ans en Nouvelle-Calédonie ; elle transpose dans leurs livres l’univers coloré et onirique de ses tableaux.

    Auriane est responsable des études de l’École de gestion et de commerce. Pendant son congé parental elle constate que l’approche de communication non-violente entre parents et enfants d’Adèle Faber & Elaine Mazlish, n’est pas très répandue dans la littérature jeunesse. C’est pour cela qu’elle créé Les Éditions De Bas En Haut.

    En 2014 paraît Naomie est en colère. Leur second ouvrage à paraître en novembre 2015, Les cadeaux de Lucas, conte de Noël calédonien est lauréat du concours d’aide à la création de la Province sud.

    Les droits d’auteurs de ces deux ouvrages ont été vendus à une maison d’édition canadienne : Aux Éditions du Phare qui diffusera leurs ouvrages dans toute la francophonie.

  • Bernard Berger

    En 1983, Bernard BERGER publie les premières pages de la série de La Brousse en folie dans la presse calédonienne. Son héros, un personnage truculent baptisé Tonton Marcel, est devenu le porte-drapeau d’une revendication identitaire pleine d’autodérision. Depuis 1986, il a publié presqu’un album par an. Bernard Berger travaille aussi sur un projet de films d’animation en langue vernaculaire. Il a déjà sorti un dessin animé intitulé Les aventures de Timek et de Kaillou. Il est également l’auteur d’ouvrages à teneur historiques co-écrits ou illustrés par son fils Guillaume Berger.

    Bernard Berger est également le créateur/auteur de la série Le Sentier des Hommes dont quatre titres sont issus. Cette fois l'auteur s'est fait aider par Jar pour la richesse d'un dessin réaliste.
  • Bernard Suprin

    Bernard Suprin est un botaniste et photographe amateur passionné, spécialiste de l’étiquetage botanique et redécouvreur en mai 2002 du Pittosporum tanianum réputé disparu. Curieux et avide de connaissances, il ressent aussi le besoin de les restituer au plus grand nombre. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la botanique néo-calédonienne. Autodidacte complet, il les a réalisés seul et sans subventions. En août 2013, son oeuvre est récompensée par le prix Popaï 2013 à l'occasion du SILO (Salon du Livre Océanien).

  • Boris Alexandre Spasov

    Boris Alexandre Spasov, auteur français connu, s’installe en Nouvelle-Calédonie où il finalise son dernier essai L’humanité, quelle histoire ! La version numérique est sortie en janvier 2016 sur Amazon, Kobo, l’Ibookstore d’Apple, la Fnac en coup de cœur. Diplômé du Centre d’études diplomatiques et stratégiques de Paris, il a été directeur délégué de Radio Caraïbes Internationale. Homme de terrain passionné, loin des idéologies de salon et des attitudes de convenance, il signe ici un livre plaidoyer. Boris Alexandre Spasov est également l’auteur de Stratégies de paix pour une guerre dans l’ex-Yougoslavie, Le temps des illusions, La non guerre est-elle pour autant la paix ?, Comprendre le conflit yougoslave, Ordre mondial désordre moral.

    0 produits

  • Carine David

    0 produits

  • Catherine Adi

    Née à Nouméa, arrière-petite-fille et petite-fille d'engagés originaires de Java venus sous contrat en Nouvelle-Calédonie, Catherine Adi ne connaissait pas son histoire familiale. Sa famille javanaise du Caillou avait choisi de taire un passé et une trajectoire de vie douloureuse.

    Titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un DEA de sciences sociales, sa priorité était de retracer la trajectoire de sa famille. En effet, il lui était inconcevable de préparer une thèse sur les engagés javanais sans connaître ses origines et l’histoire de ses aïeux orang kontrak de Java.

  • Catherine Laurent

    Née en Lorraine, Catherine C. Laurent est arrivée en Nouvelle-Calédonie en 1993 après des études de littérature à Aix-en-Provence et deux années passées à St-Pierre-et-Miquelon où elle a travaillé à RFO. Elle a passé ensuite des années à l’île des Pins, à Bourail et à Nouméa. Elle se définit comme un auteur du monde. Son travail de Master I de littérature comparée portait sur Mircea Eliade, J.M.G Le Clézio et la démarche géopoétique proposée par Kenneth White. Elle alterne poésie, roman et écriture théâtrale. Elle est également l’auteure de plusieurs textes jeunesse sur la Nouvelle-Calédonie et le Pacifique.

  • Cathy Wilcox

    Cathy Wilcox est née à Sydney en 1963. Après avoir étudié les arts graphiques au Sydney College of the Arts de 1981 à 1984, elle décide de partir vivre quelques années en France.

    À Paris, elle travaille comme illustratrice et graphiste pour des magazines anglophones tels que Paris Passion et Speakeasy édités par Fernand Nathan. Elle profite de son séjour parisien pour poursuivre des études de littérature à l’université Paris III.

    De retour à Sydney, Cathy Wilcox propose des dessins de presse qui sont publiés régulièrement dans le Sydney Morning Herald et dans d’autres titres du groupe Fairfax Media.

    Cathy a reçu le Prix du Musée National d’Australie pour le dessin politique en 2009 ainsi que deux Walkley Awards (prix nationaux de journalisme) en 2007 et en 2013. Elle a publié à ce jour deux recueils de ses dessins de presse. L'illustration pour la littérature jeunesse fait également partie de ses passions.

    Cathy vit à Sydney avec son mari et ses deux fils. Elle retourne régulièrement en France où elle a conservé de nombreux amis.

  • Célestine Hitiura Vaite

    Célestine Hitiura Vaite Tahitienne émigrée en Australie, écrit en anglais avec une candeur et un humour étonnants.

    Célestine Hitiura Vaite, romancière tahitienne, est devenue un phénomène international en littérature. Bien qu’elle soit née et qu’elle ait été élevée à Tahiti, Célestine a fait le choix d’écrire en anglais depuis qu’elle s’est installée en Australie avec sa famille. Elle pense et prépare ses textes et ses dialogues en français, puisque ses personnages tahitiens parleraient français s’ils faisaient partie du réel, et traduit ensuite le tout en anglais. La voix narrative, elle, lui vient directement en anglais. Pour Célestine, cette technique la force à penser réellement à ce qu’elle écrit et ainsi à se concentrer sur le rythme de l’histoire.

  • Célia Chabut

    0 produits

  • Celine Fuentes, Julie Ferrand

    Céline Fuentès auteure.
    Passionnée de lecture et d’écriture, Céline Fuentès a écrit deux ouvrages pour la jeunesse : Abécédaire et petits poèmes calédoniens, album poétique et éducatif et C’est pas grave si c’est raccommodé, roman biographique. Elle a récemment été finaliste du prix « Écrire au féminin » et cherche aujourd’hui un éditeur pour son premier roman adulte Un si petit voyage. Mariée et installée en Nouvelle Calédonie depuis une quinzaine d’années, Céline Fuentès est très investie auprès de la jeunesse. Enseignante en école primaire depuis plus de dix ans, elle reste engagée dans le milieu de l’animation socioculturelle.

    Julie Ferrand illustratrice.
    Née en Nouvelle Calédonie, Julie Ferrand a toujours eu le goût du dessin. Après avoir suivi un cursus de cinq ans, notamment à l’école d’art Émile Cohl de Lyon, elle démarre sa vie professionnelle en tant que caricaturiste et portraitiste durant un an dans les parcs Disney de Floride. De retour à Nouméa, elle commence une activité d’illustratrice free-lance et réalise entre autres les visuels du musée maritime de Nouméa. En 2016, elle illustre et met en page l’Abécédaire et petits poèmes calédoniens écrit par Céline Fuentès.

  • Chantal T. Spitz

    Chantal T. Spitz publie en 1991 L’île des rêves écrasés, premier roman tahitien. Il est salué comme un événement pour son écriture au rythme inspiré par l’oralité. C’est aussi le premier roman tahitien traduit en langue anglaise, Island of shattered dreams [Huia Publishers, 2006]. En 2002, elle publie Hombo, transcription d’une biographie [Te Ite, réédité en 2012 aux éditions Au vent des îles]. Pensées insolentes et inutiles [Te Ite], recueil réunissant quelques contributions à des colloques ou à des revues paraît en mai 2006. En 2011, elle publie Elles. Terre d’enfance. Roman à deux encres [Au vent des îles]. Ce roman raconte l’histoire d’une femme et se fait l’écho d’une identité métissée dans une Polynésie violente, doucement douloureuse, mais férocement poétique. L’œuvre romanesque exigeante qu’elle élabore lentement, le travail original qu’elle effectue sur la langue et sur les formes, la cohérence de la vision qu’elle offre font de Chantal T. Spitz un artiste de premier plan dans le domaine littéraire. Chantal T. Spitz participe à l’aventure de la revue littéraire Littérama’ohi, dont l’un des objectifs est de faire connaître la variété, la richesse et la spécificité des auteurs autochtones de la Polynésie française.

  • Christophe Sand

    Christophe SAND est le directeur de l’institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique. Originaire de Nouvelle-Calédonie, il a dirigé au cours des 25 dernières années de nombreux programmes d’étude sur la préhistoire, la société traditionnelle et l’histoire coloniale de l’archipel, tout en participant à des programmes archéologiques en Polynésie occidentale et à Fidji. Parallèlement à une sensibilisation du public calédonien à son histoire, ses thèmes de recherche s’articulent autour du premier peuplement Lapita et des dynamiques culturelles préhistoriques et traditionnelles dans le Pacifique, ainsi qu’aux conséquences de l’implantation européenne en Océanie. Dans le contexte historique spécifique de l’archipel calédonien auquel est associé son travail, il s’intéresse tout particulièrement aux mécanismes d’appropriation du passé dans les processus de constructions identitaires contemporains. Il a rédigé une trentaine d’ouvrages, une centaine d’articles scientifiques en anglais et français et plus de 300 rapports internes. Récipiendaire en 2004 d’une médaille de bronze du CNRS et nommé chevalier des arts et des lettres en 2009, il est depuis 2009 président d’ICOMOS Pasifika, branche régionale de l’instance internationale du patrimoine culturel liée à l’UNESCO.

    0 produits

  • Claude Maillaud

    Claude Maillaud est né en 1961 à Paris. Il passe une partie de sa prime jeunesse aux Antilles, avant d’entreprendre des études de médecine à la Faculté de Montpellier. Sa thèse en poche, il part en 1987 comme Volontaire pour l’aide technique à l’île de la Réunion, où il exerce ensuite la médecine générale jusqu’en 1998 et obtient le DIU de Médecine Subaquatique et Hyperbare en 1996. Puis, il gagne l’atoll de Rangiroa, en Polynésie française. Les exigences de l’exercice en poste isolé l’amènent à s’orienter vers la médecine d’urgence. Titulaire de la Capacité de Médecine d’Urgence en 2001, il intègre alors le SAMU du Centre Hospitalier Territorial de Nouvelle-Calédonie. Initié à l’apnée, puis à la chasse sous-marine à la Réunion, il écume les récifs de l’Indo-Pacifique pendant une dizaine d’années, avant de privilégier la plongée en scaphandre autonome, découverte à Rangiroa. De ces deux activités, il retire une solide connaissance de terrain des aspects vulnérants de la faune sous-marine, qu’il confronte aux éléments cliniques tirés de son exercice médical, en particulier en Océanie. Un certain nombre de données originales de cet ouvrage sont issues de ses récentes publications sur les piqûres de poissons-pierres, les attaques et morsures de requins et les envenimations par serpents marins, parues principalement dans des revues de médecine d’urgence. Coauteur en 2000 du Grand Livre de la Chasse sous-marine et de la Plongée libre, Claude Maillaud publie par ailleurs dans une vie parallèle différents textes de fiction (nouvelles, polars, littérature jeunesse) d’inspiration réunionnaise et océanienne.

  • Claudine Jacques

    Née dans le Territoire de Belfort, Claudine Jacques arrive adolescente en Nouvelle-Calédonie et s’y enracine profondément. Jusqu’en 1994, elle dirige un Centre de formation professionnelle. Depuis, elle se consacre presque exclusivement à l’écriture. Membre fondateur de l’Association des Écrivains de la Nouvelle-Calédonie, elle reste très attentive à la jeunesse, « marraine » différents projets scolaires et anime des ateliers d’écriture. En 2002, elle crée le Festival de la Bande dessinée de Boulouparis puis en 2008 l’association Écrire en Océanie qui promeut la littérature du pays par le biais de concours littéraires et l'édition de nouveaux auteurs.
    Romancière et nouvelliste de talent, elle s’est essayée à l’écriture pour le jeune public à travers les aventures de Nana Coco.

  • Daniel Pardon

    Arrivé à Tahiti au début de l’année 1984, Daniel Pardon a été successivement rédacteur en chef du quotidien La Dépêche de Tahiti pendant près de dix-huit ans, puis, pendant treize ans, rédacteur en chef du pôle Magazines accolé à La Dépêche, pôle qu’il a créé en remettant à flot des titres comme Tiki Mag et Fenua’Orama ou en lançant certains autres titres, notamment Maisons du Fenua et Fenua Economie.
    Originaire de Lyon, Daniel Pardon avait été journaliste une dizaine d’années entre Rhône et Saône dans divers médias, dont le groupe Dauphiné Libéré (il était, avant son départ à Tahiti, chef du service économique et boursier du journal Rhône-Alpes). C’est sa passion pour la plongée sous-marine qui l’a fait s’installer à Tahiti où il a pu réaliser ses « rêves de gosse » et devenir notamment photographe sous-marin. Petit à petit, il a bifurqué vers l’étude de la flore locale ; on lui doit déjà un guide des fleurs de Tahiti et un guide des fruits de Tahiti.

  • Denyse-Anne Pentecost

    0 produits

  • Déwé Gorodé

    Femme politique et femme de Lettres, Déwé Gorodé est aujourd’hui l’une des grandes figures de la littérature kanak contemporaine. Une œuvre importante, traduite en anglais, de la poésie au roman en passant par la nouvelle et le théâtre, est emblématique de son parcours.

  • Dick Samuel Ukeiwé

    Auteur, compositeur et interprète musical, passionné de football, Dick Samuel Ukeiwé a bien des cordes à son arc. Après des études en sciences sociales à Paris, l’enfant de Lifou rentre en Nouvelle-Calédonie, l’année de son master, pour rédiger des articles historiques dans le cabinet de son grand-frère Jean-Krist Ukeiwé. Il occupe maintenant la fonction de directeur du campus des Îles sur Nouméa. C’est le contact permanent avec les étudiants qui lui permet de ciseler sa plume et de traiter les problèmes de la société actuelle, en particulier de la jeunesse kanak. Il en fait avec talent le sujet de ses écrits, compositions de musique, poèmes, nouvelles.

  • Eric Waddell

    Éric Waddell est professeur associé au Département de géographie de l’Université Laval et professeur honoraire à la School of Geosciences, University of Sydney (Australie). Il a longtemps travaillé dans le Pacifique et notamment à l’Université du Pacifique Sud à Fidji. Il est l’auteur de deux importants ouvrages : Du continent perdu à l’archipel retrouvé : le Québec et l’Amérique française (PUL, 1983 et 2007), et Vision et visages de la Franco-Amérique (Septentrion, 2001). En 2016, son livre Jean-Marie Tjibaou, Kanak Witness to the World: an intellectual biography a été traduit en français et publié aux éditions Au vent des îles, sous le titre Jean-Marie Tjibaou, une parole kanak pour le monde.

  • Evelyne Winter-Bousquet

    Evelyne Winter-Bousquet exerce en tant qu'orthophoniste en Nouvelle-Calédonie depuis 1980. Née au Maroc à Casablanca, elle y passe une enfance joyeuse et débarque, en 1969 sur le caillou, à l'âge de 12 ans, avec parents et son frère. Elle suit sa scolarité secondaire au lycée LaPérouse de Nouméa. Très vite, la complexité du langage l'attire. Après des études à l'Université Claude-Bernard de Lyon, elle revient au pays pour son installation en 1980, avec un mémoire sur les troubles du langage des enfants mélanésiens en âge de scolarisation. Aujourd'hui, mariée et mère de deux garçons, elle s’adonne à ses trois passions que sont le sport, l'esthétique et le langage. Dans son petit livret ludique Beauté et langage, publié en 2016, Evelyne adresse un message aux jeunes mamans qui manquent souvent de temps : « En grimaçant avec votre petit, à travers certains sons du langage, vous vous prodiguez un véritable lifting facial tout en offrant à votre enfant une meilleure mise en place de l'articulation du langage ! N’oubliez jamais que ces petits moments partagés avec son enfant, valent de l'or et sont la définition même du bonheur de l’enfant ! »

  • Firmin Mussard

    Firmin Mussard naît en 1961 dans une famille de théâtreux plus ou moins nomades. Jeune premier de service dans une troupe semi-professionnelle pendant une quinzaine d’années, commet à l’époque ses premiers textes, destinés à la scène. S’essaie brièvement à la BD.
    Médecin itinérant, sévit dans l’Océan Indien, et tout particulièrement à La Réunion, durant onze ans. S’oriente vers l’écriture à peu près à cette époque. Quitte son île pour explorer le Pacifique Sud. Met le cap sur les Tuamotu, y survit un peu plus de trois ans. Pose finalement ses cantines à Nouméa en 2002. Y commet des ouvrages jeunesse, des nouvelles et des polars.
    Balthazar est en pétard lui vaut le Prix Popaï catégorie fiction jeunesse au Salon International du Livre Océanien de 2005. Publie également Jade et les petits farceurs, La Hache volée et La dernière Jeep. Il vient de publier Nocturne (théâtre) aux éditions Écrire en Océanie.
    Firmin Mussard est le président de l’Association des Écrivains de Nouvelle-Calédonie

  • Fly

    Dessinateur de presse, chanteur

    Fly vient du monde du graffiti, mouvance dont il a gardé le style, y compris lorsqu’il est amené à illustrer des caricatures de presse (pour le journal satirique Le Chien bleu et le magazine Macadam préparé par des SDF), des albums jeunesse (La Marchande de fessée ou Téâ Kanaké) ou des couvertures d’ouvrages de littérature (Chroniques de la mauvaise herbe de Vincent Vuibert).

     Il anime également des ateliers avec des enfants des quartiers de Nouméa.

    0 produits

  • France Girard

    France Girard, maître de conférences honoraire, docteur des civilisations, est spécialisée en architecture ultra-marine.

  • Françoise Saint-Chabaud

    Diplômée de la Sorbonne, titulaire d'un Doctorat de littérature australienne, Françoise Saint-Chabaud a vécu une vingtaine d'années dans le Pacifique Sud, collectant au fil de ses voyages et de ses rencontres de nombreuses notes, images et émotions qui sont autant de sources d'inspiration.

    Elle débute sa carrière de professeur à Sydney où elle enseigne à l'université de Nouvelle-Galles du Sud et écrit ses premières nouvelles. Puis elle dirige le CREIPAC de Nouméa en Nouvelle-Calédonie et découvre les réalités océaniennes. De retour en France, elle enseigne à l'université Paris-Sud/Orsay et commence un premier roman qui restera inachevé. En 2002, elle retourne dans le Pacifique.

    Après un bref séjour dans l'île de Bora Bora, elle s'installe en 2005 à Tahiti où elle ouvre une galerie d'art à Papeete. Immergée dans le monde turbulent des artistes, elle innove en présentant des céramistes australiens et néo-zélandais, puis en créant une plate-forme d'art contemporain. En 2008, elle se remet à l'écriture et son premier roman Sous l'emprise du tiki est publié en novembre 2009. C'est le début d'une carrière de romancière qu'elle exerce à plein-temps depuis 2010.

Résultats 1 - 33 sur 87.